Printemps français et manifestation du 24 mars: Merci à Monsieur Valls et à ses CRS

gay-pride-1

Ils disent (trémolos autant que possible): La république est en danger. La république condamne fermement… Notre République ne tolère pas… La tolérance qui fonde notre république…

Vous dites: Printemps français.
Comme vous j’étais là ce dimanche. J’ai été gazé deux fois vers 20H30 sur les Champs, comme un certain nombre d’entre vous au cours de la journée, comme certains de vos parents, de vos proches, de vos amis. A ce propos, Merci, un immense Merci pour ce mélange de violence aveugle et de bêtise (la musique n’adoucit plus les moeurs) car comme vous je me prends à rêver d’un printemps français. Français et non pas Républicain.

La République, en France, ça ne veut rien dire. Telle qu’ils la conçoivent ça n’existe pas ou bien alors comme la Pravda. Paris n’est pas l’antique Rome, la France n’est pas l’ancienne Venise. En France la République est l’ennemi.

Et puis, de quelle République parlent-ils?

De la première fondée dans le sang d’une guerre civile et finissant dans une anarchie telle qu’il lui a fallu/qu’elle a causé un Napoléon? De la seconde que tout le monde a oublié. De la troisième fondée en 1870 par une assemblée monarchiste, la première à être élue par le peuple près d’un siècle après 1789? De la quatrième poussée sur le cadavre de la précédente, née d’une victoire américaine et d’une fuite confortable à Bordeaux? De la nôtre, inventée par et pour un homme disparu depuis longtemps, qui a bien voulu montrer dimanche à un grand nombre, celui des gens honnêtes et trop naïfs, son vrai visage?

Ce combat que ces gens honnêtes et trop naïfs et qui se qualifient volontiers de majorité silencieuse, ce combat qu’ils découvrent aujourd’hui, il faut le mener contre la République et pour la France plusieurs fois centenaire dont nous savons ce qu’elle est, ce qu’elle devrait être. Il n’est pas question ici d’un cours d’histoire mais si vos yeux sont aujourd’hui plus clairvoyants aujourd’hui, qu’ils voient vraiment.

Qu’ils voient dans la loi Taubira, cette table rase qui a été décidée en 1793 et qu’il faut, depuis lors, réaliser quel qu’en soit le prix. Qu’ils voient dans notre abaissement moral, dans la ruine présente de nos valeurs, cette table rase décidée il y a plus de deux siècles et qui est proche de porter bientôt tous ses fruits. Qu’ils voient que la République n’a jamais aimé l’idée du beau ni du grand, que sa haine de l’église l’a conduite à celle du sacré jusqu’à en rendre l’idée ridicule, qu’après avoir sali le mot France jusqu’à n’avoir plus que celui de République à la bouche, qu’après avoir détricoté patiemment les idées de tradition et d’idéal, elle nous contraint à présent à défendre ce qu’il aurait paru absurde de justifier il n’y a pas si longtemps.

Qu’ils voient que les derniers combats qu’elle sait encore conduire se font contre eux qui pensent encore, qu’ils voient que cet appétit insatiable sera bientôt sans objet car il ne restera plus rien à détruire ni à défendre.

Ce n’est pas une loi qu’il faut attaquer, c’est un régime, ce n’est pas un parti qu’il faut attaquer, c’est un système, ce n’est pas Guignol qu’il faut abattre mais toutes les marionnettes, qu’elles préfèrent gesticuler à droite ou bien à gauche. Ce n’est pas un metteur en scène qu’il faut pendre, c’est toute la pièce qui doit cesser.

Quand le théâtre sera fermé, où irons nous? Je ne sais pas. Personne ne peut le savoir. Vers l’inconnu. Mais l’inconnu vaut toujours mieux que la certitude de mourir. Non pas privé de vie mais privé de tout ce qui fait que ce mot est un peu plus qu’un coeur qui bat.

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s